lundi 18 janvier 2010

Câble de modulation 47 Laboratory OTC 4708 'Stratos'

47 Laboratory est une entreprise Japonaise à la philosophie toute particulière. L'ensemble de leurs créations audiophiles reposent sur le minimalisme, à savoir la limitation au maximum de l'utilisation de combinaisons de matières et de composants.

Naturellement, vu la construction minimaliste de leurs créations, celles-ci soulèvent émotion de la part d'une partie du monde audiophile et moult commentaires sur la piètre qualité apparente de certains de leurs appareils.

Mais qu'en est-il en réalité de l'esthétique sonore résultante, car au final, seul cet élément nous intéresse ?

Aujourd'hui j'examine en détail les câbles dit "Stratos" (OTC 4708), entrée de gamme chez 47 Laboratory. Ce câble en cuivre désoxygéné existe en deux sections, 0,4 mm et 0,6 mm toutes deux d'un diamètre inférieur à celui nécessaire pour annuler l'effet de peau sur un conducteur. Mono conducteur, l'ensemble des effets induits par la proximité de plusieurs conducteurs est donc annulée.
L'entreprise reste d'autre part discrète sur la qualité du cuivre, son tréfilage et également la fine pellicule transparente qui semble le recouvrir.

Une gaine d'un bleu translucide au diamètre généreux en comparaison avec la taille du conducteur recouvre l'âme unique. Aucun blindage n'est utilisé, en conséquence il faudra être tout de même prudent quant à l'environnement d'utilisation sous peine de récolter parasites et bruit de fond inconsidérés. Le composant plastique est fait d'une matière dont le constructeur ne souhaite pas communiquer la nature exacte, celle-ci participe activement à la qualité de restitution et sera donc gardée confidentielle pour le moment. Ce qui est certain après vérification auprès du constructeur c'est que ce n'est pas du  polytétrafluoroéthylène (PTFE), élément qui se confirme par la faible résistance à la chaleur observée par les internautes et également un des revendeurs.

Comme vous l'avez compris, on utilise deux longueurs du même conducteur que l'on torsade légèrement entre elles à la fois pour relier les points chauds et froids. A ce titre vu que le blindage est inexistant, au cas où du bruit serait capté, il est également possible de ne relier les points froids que d'un câble de modulation sur les 2
 pour éviter les retours de boucle de masses notamment. A titre personnel, je conseille vivement de câbler les deux brins et de les torsader pour une meilleure efficacité du transport et de l'isolation.

Au dires d'un du revendeur que j'ai contacté, on peut utiliser indifféremment les deux types de sections, leurs propriétés acoustiques sont extrêmement proche pour ne pas dire inaudible. En raison de la finesse de l'âme, il est donc plutôt conseillé de fabriquer des câbles en 0,6 mm qui cassera moins facilement. C'est à ce propos le point faible de ce câble, sa fragilité (toute relative car cela fait maintenant plus de 6 mois que je l'utilise, branche, débranche et le transporte sans problèmes)

L'écoute

D'emblée on est frappé par la qualité des timbres en général où ce simple fil de cuivre de faible section réussit à délivrer une musique déliée et fluide sans crispations.
Le son délivré est réellement de l'ordre des meilleures restitution que j'ai entendu dans cette gamme de prix et pas du tout du même ordre que celui des câbles d'entrée de gamme comme QED.
L'image stéréo est très bonne et équilibrée sans être exceptionnelle comme sur certains modèles plus haut de gamme, la scène sonore légèrement mise en avant mais de manière uniforme, ne nuit pas particulièrement à l'écoute.
La largeur et la profondeur de restitution sont suffisamment généreuses pour convaincre également.
Les timbres sont magnifiques sur les voix et les cuivres. La reproduction des cordes manque par moment de la point de réalité qui a frappé d'emblée, tout comme pour certains instruments à vent comme clarinette et flute manquant un peu de corps par exemple.
Les grandes formations sont assez convaincants dans l'ensemble. La reproduction est assez riche en détail sans égaler en matière de micro-détails certains concurrents de sa gamme qui font référence dans ce domaine, mais le tout sans générer de réelle gêne.
L'écoute à la longue n'est pas du tout fatigante en proposant au final une restitution assez posée et très transparente.

Enfin, ce câble se marie relativement bien je pense avec les différentes marques d'électroniques en général. Du fait de son caractère apaisé, au final il se laisse facilement oublier.

Note: Le câble OTC 4708 s'utilise à la fois pour les câbles de modulation et les hauts parleurs. Je n'ai pas encore testé ces derniers sur enceintes.

Entretien des câbles

En raison de la faible protection offerte au fil de cuivre au niveau des contacts, il est recommandé par le constructeur de nettoyer régulièrement les extrémités à l'aide de bombe contact si l'on utilise les prises plastique fournies ou le câble à nu.

Le site du constructeur : Le site
Le lien vers les câbles : Les câbles
Distribution sur la France par TecsArt : Les adresses, mon conseil : Contactez Eurodio

9 commentaires:

  1. bonjour,
    je ne pense pas que la gaine de ce cable soit en PTFE puisqu'il fond sous l'emprise de la chaleur (fer à souder).
    Par ailleurs le cuivre n'est effectivement pas traité et s'oxyde rapidement.
    Au delà de ces conceptions purement technique, il traduit une écoute naturelle absente de toute agressivité et fini, comme vous le dites, par ce faire oublier...mais n'est ce pas ce que l'on recherche...

    RépondreSupprimer
  2. Je vais revérifier auprès du constructeur, c'est l'information qui m'avait été donné sur la constitution de la gaine lors de mes questions.
    Le cuivre est simplement poli à priori, j'ai depuis plusieurs mois un bout dénudé étalon qui ne s'est pas oxydé, il s'agit de cuivre désoxygéné tout de même et l'oxydation n'est pas non plus rapide/immédiate.

    Pour ma part je trouve que le fait que celui-ci soit marqué d'absence de caractère le rend d'autant plus séduisant si les électroniques sont de qualité et présentent peu de défauts.

    Chaque avis étant bon a prendre, je vous remercie de votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  3. Le PTFE (teflon) est utilisé, entre autre, comme revêtement pour les poeles car trés résistant à la chaleur. Par ailleurs, Jean Claude TORNIOR qui vente le mérite du PTFE pour ses câbles, donnait justement le moyen de vérifier rapidement la nature de la gaine
    isolante en faisant le test du fer à souder.
    Dans le cas présent, la gaine fond dés que l'on chauffe un peu trop le cuivre ce qui ne serait pas le cas avec le téflon.
    Concernant l'oxydation, je l'ai constaté sur une chute de cable dénudé que j'avais laissé trainer par inadvertence et qui, dans la quinzaine, a vu le cuivre se ternir de façon assez importante.
    Je tiens à vous féliciter pour votre blog que je trouve trés instructif, bien construit et dont les commentaires précis permettent d' informer et orienter les audiophiles que nous sommes.
    Cordialement
    Un audiophile du 78

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez parfaitement raison sur le cas du Téflon, renseignement pris, il ne s'agit pas de revêtement au téflon mais d'un plastique dont le constructeur souhaite garder "jalousement" le secret puisqu'il est la pierre angulaire de sa performance. Je vais donc de ce pas modifier le commentaire pour intégrer cette donnée.

    Je suis étonné que votre câble ait subi une oxydation aussi rapide, peut-être y a-t-il un soucis de qualité de fabrication effectivement...

    je vais retenter une expérience sur 15 jours à nouveau puisque je dispose de longueurs résiduelles, a suivre...

    Merci bien quoi qu'il en soit pour vos commentaires fort instructifs !

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  5. Concernant l'oxydation, j'en ai référé à mon trés sympatique revendeur "Eurodio" qui me dit que lors de ses montages il traite l'âme dénudée avec un produit protégeant le métal de la corrosion....

    Il serait intéressant de connaitre le nom de ce produit....

    A défaut, dans le temps, l'oxydation de l'âme conductrice entrainera une diminution des performances du câble...

    Regardons les connectiques cinchs qui finissent toujours par "noircir" et ce, quelque soit leur alliage.

    Pour preuve, leur nettoyage occasionnel avec coton tige et alcool ne laisse JAMAIS le coton immaculé.

    Affaire à suivre comme vous le dites si justement....

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  6. Le test démarre, rendez-vous dans deux petites semaines. Je dénude le câble à l'aide d'un ciseau d'électricien pour éviter de toucher l'âme et donc d'égratigner la surface polie :

    http://img196.imageshack.us/img196/6382/img0182f.jpg

    Je vais revenir également avec l'information sur le produit anti-oxydant utilisé par la même occasion.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  7. Nous sommes le 5 Février, le fil est resté à l'air libre et exposé à la lumière en permanence. Il ne présente absolument aucune marque de ternissement ni d'oxydation de surface visible à l'œil nu.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  8. J'ai dénudé depuis 15 jours l'autre extrémité du câble qui était oxydé et il commence à légerement perdre de sa brillance.Je pense que le taux d'hygrométrie ambiant est un facteur à ne pas négliger.
    J'ai fait une photo du câble mais je ne sais comment vous la transmettre pour que vous puissiez juger de l'importance de cette oxydation que je ne trouve, soit dit en passant,pas tout à Fait normal pour un câble de modulation qui se dit de qualité.
    cORDIALEMENT

    RépondreSupprimer
  9. Le mien est toujours parfait... J'ai justement regardé hier soir à nouveau. Vous pouvez envoyer vos correspondances à musiq.son [at] gmail.com
    je vous poseterai ma photo en retour !

    Normalement un câble désoxygéné ne s'oxyde pas rapidement, cela dit, j'avais constaté également un aspect terne sur des câbles Linn LK2 et LK400 après quelques temps d'utilisation. Je les ai raccourci petit à petit pour éviter les affres de la corrosion !

    Cordialement,

    RépondreSupprimer