dimanche 10 janvier 2010

Pourquoi les câbles audio ont-ils besoin de rodage ?

Voilà à nouveau un sujet à controverse sur la table ! Mais à qui peut-on donc faire confiance sur ce point si ce n'est à une pointure en la matière ? qui Oscilloscope en main est prêt à faire quelques démonstrations de l'utilité du blindage et de l'intérêt de rodage ? La réponse est simple : Georges Cardas.

L'ensemble de la communauté audiophile s'accordera à louer l'indéniable performance de ses créations de pointe. Alors, sans livrer ses secrets de fabrication dans le détail, le bon Georges se fend d'une explication claire et intelligible sur les raisons qui poussent à roder les câbles.




comme l'article est en anglais, je vous livre ici quelques extraits traduits :

Il existe plusieurs facteurs qui expliquent que les câbles aient besoin d'un rodage, tout comme plusieurs raisons qui expliquent que les résultats varient. Si par exemple on mesure un nouveau câble à l'aide d'un voltmètre, on constatera un voltage correct car les bons diélectriques sont de mauvais conducteurs. Ces derniers portent une charge électrostatique comme celle qu'on peut voir "par temps sec lorsque l'on caresse le poil de son chat". Pour que cette charge s'équilibre dans le câble il faut du temps. Les meilleurs câbles prennent du temps pour s'y adapter. Par exemple les meilleurs diélectriques construits à base d'air comme les tubes au teflon creux ont une surface non conductrice large qui porte cette charge un peu à la "manière du chat".

Les câbles qui n'ont pas de temps pour s'ajuster comme les câbles d'instruments de musique ou de microphone utilisent souvent des diélectriques comme le caoutchouc ou le coton carboné pour passer outre ce problème. Cela réduit considérablement le temps de stabilisation mais à l'inverse les autres caractéristiques de ces diélectriques étant mauvaises ne peuvent prétendre du point de vue du son à devenir des câbles high end. Le développement de techniques non destructives pour réduire et maîtriser la charge cisculant sur le diélectrique est le challenge des câbles high end.

L'impédance élevé nécessaire dans les équipements audio actuels fait que ce problème de charge est un vrai facteur à prendre en compte. Une des raisons pour lesquelles le câble met du temps à se stabiliser est qu'il existe un lien entre la charge et la fatigue mécanique. La physique du câble est modifié légèrement par la charge et vice versa. C'est comme si l'on chargeait le chat électriquement, sa constitution physique changerait infinitésimalement, les retombées physiques seraient visibles, ses points se hérisseraient. Ici, le diélectrique en téflon se charge  et met du temps à écouler la charge et atteindre un état stable.

Le meilleur diélectrique est, le plus de temps il prend pour se stabiliser. Une charge peut provenir simplement du fait de bouger un câble (effet piézoélectrique de friction), d'un haut voltage résultant de tests pendant la fabrication, etc... Un câble chargé à un comportement plus du style microphonique et une répartition inégale
de cette charge cause quelque chose qui s'apparente à la perte de rendement structurel dans un système où l'impédance grimpe. Lorsque l'on prend le temps d'éliminer ces problèmes, le temps de rodage diminue et le câble sonne souvent bien mieux.



Les contraitnes mécaniques sont la racine de beaucoup de phénomènes liés au rodage et ce n'est pas qu'un facteur avec les câbles. Comme une règle, les entreprises construisent leur stands/auditoriums au salons quelques jours avant l'événement pour leur laisser le temps de se roder.


A chaque contrainte, une petite quantité d'énergie se forme. Lorsque le câble est laissé au repos par la suite, une partie de cette charge est évacuée, c'est un phénomène connu en électromécanique.

Plusieurs facteurs en relation avec le rodage du câble se retrouvent au final dans la signature sonore du câble. Si l'on regarde le diélectrique, on se trouve face à la même situation. Le diélectrique change donc légèrement et se chargeant, la dissipation de sa charge est relation à sa fermeté. Sur certaines parties les changements sont évident à mesure que le câble se charge. Un nouveau câble sorti du carton aura une charge propre lorsqu'il sera déroulé. Cette charge peut être de plusieurs centaines de mV. Si le câble est laissé au repos, sa charge chutera à moins de 100mV, mais il faudra des jours en utilisation sur le système pour que cette charge tombe à moins de 10mV, charge qui d'ailleurs ne sera jamais nulle. Ces charges apparaissent de manière significatives sur les interconnexions de bas niveau comme les préamplificateurs à haut niveau d'impédance d'entrée.

Donc les interactions mécaniques et électriques sont indissociables du rodage, tout comme les phénomènes de résonances dans le câble. Beaucoup de ces variables sont réunies sous un terme générique pour les catégoriser facilement : le bruit triboélectrique. Le bruit est généré dans le câble comme une fonction variable entre les composants du câble. Si un câble est plié, bougé, chargé, changé d'une quelconque manière de place, il nécessitera un temps avant de revenir à chage quasi-nulle. Sur ce dernier aspect la symétrie de construction est importante.

Documentation :

L'effet triboélectrique
Même les fabricants le disent

En conclusion :


Plus que le métal lui même, pour George Cardas, il semble que ce soit les différents empilages de matières qui provoquent des courants électrostatiques parasites qui ont besoin de s'éliminer avant que le fonctionnement soit optimal.

Le rodage est donc nécessaire bien souvent à chaque déplacement des câbles, évitez donc de les déplacer !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire