samedi 28 avril 2012

Banc d'essai - Stello U3 (version Française)




April Music, fondée en 1998, est une entreprise Coréenne du Sud éditant 3 marques, Aura, Eximus et Stello. Une équipe de haut vol d'artisans souvent musiciens entoure son fondateur, Simon Lee, qui porte une attention toute particulière à la fabrication en se focalisant dans le but de produire des appareils d'une musicalité d'exception. Passionné réputé pour avoir une oreille particulièrement affûtée, il met notamment à disposition de ses clients une gamme très complète d'électroniques. Nous allons aujourd'hui nous intéresser à un accessoire fort utile pour compléter les convertisseurs qui ne disposent pas d'une entrée USB optimisée.





La musique dématérialisée à cet intérêt qu'elle permet une multitude de combinaisons de matériels tant au niveau des sources de transport comme ordinateurs ou streamers, tout en apportant un niveau de restitution que l'on pouvait qualifier d'inespéré pour les petits budgets il y a encore quelques années. Le streamer apportant une solution intégrée (transport + dac), l'ordinateur quant à lui, n'étant qu'un ordinateur souvent domestique, n'est souvent pas directement optimisé pour une utilisation audiophile.



Avec l'arrivée massive des DACs sur le marché s'est développé un marché parallèle des accessoires de couplage aux ordinateurs offrant une lecture des fichiers numérisée optimale. Si le couplage USB est à peu près uniforme de nos jours avec ou sans pilote propriétaire suite à la baisse et la vulgarisation des puces de support USB 2.0, la marge de travail reste grande sur la partie système d'exploitation, logiciel de lecture et section de conversion S/PDIF. C'est naturellement dans cette direction que se tournent les éléments actuels et notamment ceux fabriqués par Stello.

Construction

Le Stello U3 se présente sous la forme d'un boîtier métallique aux coins arrondis, rigide et plutôt assez lourd qui d'emblée inspire à la fois confiance et se montrera fort résistant :

- aux interférences du fait de sa nature;

- et aux vibrations du fait de sa grande rigidité.



Le socle est totalement recouvert d'un patin en caoutchouc anti-dérapant, excellent choix pour assurer sa stabilité. Une fois posé, il ne bouge plus même sous le poids de connecteurs/câbles assez rigides.

Les connecteurs sont particulièrement soignés donnant une image cossue, RCA dorée et prise XLR d'origine Neutrik. La fourniture de liaison symétrique en 110 Ohms en complément du support S/PDIF en 75 Ohms est une excellente idée en raison du positionnement de l'appareil. Nombre de convertisseurs haut de gammes sont souvent pourvus de sections très optimisées en symétrique et leur offrir un couplage de source par ordinateur à moindre coût pérennise donc l'investissement.



Sur cette carte à l’espace relativement aéré sont installés de nombreux composants. L'horloge de 13MHz est dédiée à la gestion du composant XMOS, les deux horloges supplémentaires servent à gérer les multiples des fréquences de 44,1KHz et 48KHz. Comme sur d’autres produits du même type, on notera que la taille réduite du composant XMOS, sa puissance de 500 MIPS (Millions d'Instructions Par Secondes) et l'optimisation de sa consommation (en moyenne 112mA d'après les spécifications) permettent d'envisager une réserve de courant disponible pour le reste des étages et des filtres confortable sur un port USB courant. De ce fait, cerise sur le gâteau, la faible consommation du système alimenté par la prise USB de l'ordinateur est complétée par une LED rouge signalant l’alimentation. En raison du positionnement, on aurait aimé en complément la possibilité d’une dérivation d’alimentation sur batterie.


Stello propose donc un produit parfaitement en ligne avec le nouveau standard manufacturier du marché du fait de l’utilisation de composant de couplage USB XMOS. Sur environnement Mac et Linux, son fonctionnement ne nécessitent aucun pilote spécifique. Sur plate-forme Microsoft Windows, USB Audio Class 2.0 ne fait l'objet d'aucun pilote standard du système d'exploitation de la firme du Redmond à présent, ni prévu pour sa version 8. Un pilote fourni par Thesycon, partenaire XMOS offre sous Windows le support DS, KS et WASAPI, ainsi qu’une implémentation ASIO.


Nos essais se sont concentrés sur l’utilisation du mode Kernel Streaming. Nous allons donc revenir sur le paramétrage et l’intégration au système.


Le pilote Thesycon est connu et d’un produit à l’autre ne présente que peu de différence, son intégration à Windows reste donc quelque peu spartiate. Les réglages ne sont pas disponibles par le panneau de contrôle du son, mais via un panneau de configuration sous forme d'une application dédiée. Un mauvais point à Thesycon à une époque où l'interface utilisateur revêt une importance capitale.


Depuis le menu démarrer, dans le groupe de démarrage de Windows, le panneau de contrôle a été ajouté, vous retrouverez donc l'icône Thesycon dans la barre de tâche à l'avenir.


Le panneau de contrôle livré permet d'ajuster quelques éléments fondamentaux dont notamment le tampon interne (streaming buffer size) pour le transfert asynchrone. Une échelle de 1 à 32 ms est disponible. Je recommande de régler la valeur à la plus petite valeur pour démarrer : 1 ms. Si tout fonctionne correctement, inutile d'introduire de la latence complémentaire inutile et nuisible à la gigue (jitter) :



Notons que le réglage de la latence en mode ASIO est également réglable sur le même écran :
    

L’ensemble des autres paramètres sont tous grisés, sauf le réglage du volume que je conseille de ne pas toucher. Toucher le niveau de volume signifie intégrer de la latence incontrôlable par traitement du signal à la volée.


A titre de résumé, le Stello U3 ne déroge donc pas à la règle de l'entreprise April Music, "construit pour durer". D'emblée, l'appareil impressionne, reste à vérifier si l'impression fort positive sur la construction se traduit également musicalement parlant.

Le matériel utilisé :
Spécifiquement prévu pour une restitution dématérialisée, il est composé :


  • D'un commutateur (switch) Apple Extreme avec ports Gb Full Duplex
  • De câbles Ethernet Catégorie 6 blindés et écrantés courants du commerce, les prises sont également blindées
  • D’un pc portable alimenté par une alimentation externe, Core 2 Duo, 6 Mo de RAM et disque SSD de 80 Go. Le PC est connecté au réseau en Ethernet à 1Gb/s Full Duplex.
  • Le système d'exploitation est Windows 7 Ultimate x64 SP1, l'optimisation apportée au système est conforme aux recommandations sur le PC Audiophile.
  • D’un DAC Phonic FireFly moyen de gamme alimenté sur batterie
  • Un cable Digital S/PDIF Wireworld Platinum
  • D'un NAS de 2 To connecté à 100Mb/s Full Duplex
  • D'un iPhone 4 servant de télécommande avec l'application Remote connecté en wifi sur l'Apple Extreme
  • Le logiciel de lecture est foobar2000 couplé à JPlay V4.1 (Beach + Hibernation/Fullscale) ou JPlay mini en mode Hibernation/Fullscale
Le reste de la chaîne de reproduction reste à iso périmètre pour les comparaisons, à savoir des câblages YBA Diamond, Préamplification et Amplification à base Vecteur sur mesure, Enceintes ProAc D28.

L'écoute :


Les premières impressions sont fort positives, on est en présence d’un appareil de transport performant. La transparence est d’une parfaite évidence, tout comme l’absence d’excès de coloration dans le medium. La scène sonore est parfaitement définie et d’une rigueur digne des meilleurs produits que j’ai pu tester. Les voix sont splendides, claires et riches en détail, sans présenter une impression d’excès de détails offrant une impression d’aseptisation. Eric Clapton sur Next time you see her de l’album Slow Hand en 24/96KHz nous offre un éventail de nuances au détour de sa voix éraillée empli de véracité. 
Notons enfin que, comme à l’habitude, il s’agit d’une question de goût pour apprécier ce type de restitution claire. Le produit se laisse volontiers oublier L’impression de dynamique me semble bien présente, la tension des forte et des sauts de tessiture sont assez réalistes. 
Sur les plages haute résolution le transport est sans concessions, bref excellent. A l’écoute de Monty Alexander sur Calypso Blues en 24/96KHz les percussions sont fort réalistes et le piano riche en nuance, on reconnait volontiers la marque de l’instrument à la première note ! On se rapproche bien volontiers, pourvu que le câble S/PDIF soit également excellent, à un mouchoir de poche des meilleurs transports que j’ai pu entendre et notamment de l’excellent streamer intégré Linn Akurate DS2. 


Moins charnel et plus éthéré dans le style que le hiFace EVO, on montera aisément le son sans sensation de « crispation numérique » ou dureté dans le haut du spectre. Sur des enregistrements soignés, comme ceux de Diana Krall par exemple, la musique est particulièrement fluide et aérée. Sur From this moment on en 24/96 de l’album du même nom, le swing des cuivre envoute complété par la voix grave de la chanteuse. Le Roméo et Juliette de l’Orchestre national Russe (Alexander Vedernikov) en 24/88.2KHz restitue fort bien l’ensemble de la grande masse orchestrale sans excès ni crispation.


Afin de ne pas déroger à la règle nous avons également utilisé nos plages de test habituelles. Nous avons particulièrement apprécié l’écoute du classique Take Five où l’on pouvait distinguer les amplitudes des cordes de la contrebasse avec une précision et une justesse diabolique.


Encore un bon point, les applaudissements et ambiances de foule sont fort bien reproduits, sur le live de Sade on appréciera également la précision très complète sur les accents éraillés de la chanteuse. La séparation des plans est naturellement de premier ordre et l’espacement des instruments et voix fort précis. La bande passante suggestive semble parfaitement cohérente, sans sensation de manque ou de trou dans les extrêmes. Les extinctions de notes provoquent de temps à autre quelques frustrations non pas à cause du système, mais de l’enregistrement manquant de précision. Le bas du spectre est plutôt bien dégraissé sans excès, sans traînage.


Confronté au flux compressé des radios internet courantes, le Stello U3 ne m’a pas fait une impression exceptionnelle, on ressent naturellement la compression très facilement. L’écoute des stations dites haute définition (256 ou 320Kb/s) s’avère apporter une écoute moins frustrante mais fatigante à la longue du fait de la grande clarté, je pense qu’une égalisation active s’impose pour redonner un peu de couleur.


En terme de plaisir d’écoute, cet accessoire procure un égal plaisir sur tous types de musiques, la transparence et le respect des timbres m’étant apparue autant rigoureuse sur des concerts classiques, jazz ou rock. Enfin, à titre de résumé les performances vocales sont d’exception. Cecilia Bartoli nous livre ici un Sposa criant de vérité sur fond de cordes empruntes de justesse. Enfin, Katie Melua est à quelques centimètres sur Piece by Piece baignée dans une ligne de basse ferme et enrobante.

Conclusion :

Comme j’aime à le répéter l’utilisation d’accessoires tels que le U3 reste assez délicate si l’on se place d’un point de vue purement technique. Il convient d’associer les bonnes pièces pour obtenir le résultat souhaité, aujourd’hui nous sommes en présence d’un produit rigoureux mais justement si rigoureux qu’une faute de goût n’est pas à exclure. Quelques produits plus charnels ou colorés pourraient bien lui damer le pion dans le cœur de certains audiophiles attachés à un style de reproduction !


En conclusion je pense que le U3 a définitivement pour moi sa place dans une configuration dématérialisée aboutie et rigoureuse. Même si au détour de l’analyse de la partie technique on ne remarque pas de composants sortant du lot en terme de qualité par rapport à ceux des concurrents, l’assemblage et la topologie semblent porter ses fruit et c’est au final ce qui compte.

A consommer sans modération !

Lien du site constructeur : http://www.aprilmusic.com/eng/main/sub02_03_05.html

Le fil de discussion sur le forum des audiophiles : http://www.forum-audiophile.fr/musique-dematerialisee-f25/april-stello-u3-transport-usb-audio-class-2-async-t18036.html

Article 6moons (anglais) : http://www.6moons.com/audioreviews/aprilmusic8/1.html

Spécifications : 

compatible USB Audio Class 2.0 en mode asynchrone
Flux de données audio bit perfect jusqu'à 192kHz
2 horloges externes à très basse gigue

Fréquences d'échantillonnages :
22.5792MHz/24.576mHz pour les multiples de 44.1kHz/48kHz

Résolution 44.1, 88.2, 176.4, 48, 96, 192kHz/24bits Audio

Entrées
1 USB 2.0, Type B connector

Sorties 
isolées galvaniquement et supportant jusqu'à 192kHz
connecteur RCA plaqué or 75 Ohms, 
1 connecteur Neutrik XLR plaqué or AES/EBU 110 Ohms

Indicateur de fonctionnement :
LED sur panneau avant

Support des plate-formes :Windows XP, Windows Vista, Windows 7Apple Mac OS X natif

Dimention :
100 X 36 X 100mm (WHD)

14 commentaires:

  1. Bonjour,
    merci pour cet article, vraiment intéressant et qui permet, en marge du prix, de positionner les différentes interfaces USB vers SPDIF. D'ailleurs, vous dites "pourvu que le câble S/PDIF soit également excellent", quel est celui utilisé dans ce test ? Avez-vous des références à conseiller ?

    Super article ! Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Le câble que j'ai utilisé est le câble digital Wireworld Platinum. D'une transparence exemplaire, c'est un haut de gamme sans défauts évidents qui me permet dans ce cas de test de réellement saisir les nuances d'un appareil à l'autre.

    Si j'ai d'autre part une référence de câble à conseiller pour les budgets plus réduits, je pense que le Kimber Kable DV75 est un excellent choix également.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    merci pour vos conseils et votre réactivité !!
    Vivement le prochain article :)

    RépondreSupprimer
  4. bonjour a vous tous avant tout un grand merci pour vos articles!
    je suis actuellement a la recherche d'une interface pour une écoute sur ordi!
    mais le problème si je puis dire il y a tellement de référence entre le hiface evo, le v-link 192, le stello u3...je ne sais pas quel interface serait le plus adapter a ma configuration. peut etre pouvez vous m'aider? configuration : hd 800 (recabler en direct) + DAC METRUM octave + ampli a tube zana deux.
    j'ai vu un article sur le stello U3 avec le metrum sur 6moons mais il est en anglais j'ai pas une bonne traduction avec google. j'ai lu sur votre site qu'il y avait la possibilité de traduction. pouvez vous s'il vous plait me traduire les pages? http://www.6moons.com/audioreviews/aprilmusic8/1.html

    je vous remercie beaucoup pour vos réponse
    a bientôt
    francois

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Ne connaissant pas vos appareils je suis dans l'incapacité d'en faire un quelconque commentaire... désolé !

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Je suis un utilisateur convaincu de Jplay, notamment en raison de son mode hibernation. Malheureusement, tous les Dacs et/ou interfaces de transport ne sont pas toujours compatibles avec le mode Fullscale. Après vérification sur le forum de Jplay sur le fil idoine, le Stello U3 n'apparaît pas dans le matériel listé.
    Or je lis dans la configuration utilisée que vous mentionnez ce mode de lecture de Jplay. Stello U3 et Jplay en mode hibernation/Fullscale semblent donc faire bon ménage. Vous confirmez ?
    D'autre part, pensez-vous que l'intégration des deux horloges en entrée et en sortie dans le U3 puisse être aussi efficace en termes de restitution sonore que la solution EVO + clock ?
    Merci d'avance pour votre réponse !
    cordialement,
    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Emmanuel,

    Oui effectivement j'ai réalisé des tests avec JPlay dans tous ses modes du plus simple au plus évolué à l'aide du Stello. tout a bien fonctionné, sauf qu'à une ou deux reprises j'ai eu des BSOD (écrans bleus). Il s'agit d'une immaturité du pilote du sous traitant qui gère la programmation du pilote et en aucun cas d'un soucis avec JPlay. Je crois qu'une nouvelle version est disponible au niveau des firmwares et ce petit désagrément devrait disparaître rapidement.

    En second lieu, comment comparer ces deux produits. L'un est résolument chaud dans les tons et l'autre clair et épuré... Arrivé à ce niveau de qualité, la différence dans la manière dont la scène sonore est perçue va engendrer indubitablement une analyse de notre cerveau lié au goût...

    Dans l'absolu, j'ai eu entre les main la partie EVO avec l'horloge et le Stello. Je préfère personnellement le son M2Tech même si le Stello présente indubitablement des qualités importantes en termes de détails et d'image.

    Je n'ai pas noté pour ma part de différence magistrale avec et sans horloge, même si l'horloge n'est malheureusement pas capable de se lier aux dacs hormis l'EVO Dac. Triplé qui d'ailleurs fonctionne très très bien. Cela dit cela va dépendre du DAC en face également, car l'échange implique toujours deux parties !

    Vous pouvez tester, un prêt est possible auprès de l'importateur du module d'horloge, aussi je vous engage à le faire pour apprécier par rapport à votre matériel.

    Cordialement
    Musiq

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cette réponse très précise, l'honnêteté de l'avis et pour votre réactivité.
      L'adresse et les coordonnées de l'importateur du Stello se trouvent-elles facilement ? Le test m'intéresse en effet. Pour info, en face du PC source, il y a un Ayon Skylla II, suivi d'un Cary 300 SEI et les Horus de Pascal Louvet.
      Je n'ai pas encore l'interface de transport et, vous l'aurez compris, j'hésite entre le Evo et le U3. Je connais le Evo pour l'avoir écouté et je sais que son pilote est compatible avec Jplay en Fullscale. C'est une bonne nouvelle que le Stello le soit aussi.
      cordialement,
      Emmanuel

      Supprimer
    2. Oui, le Stello est un produit April Music importé en France par Hami Sound. Vous pouvez les contacter de ma part.

      Supprimer
  8. merci pour ce test qui m'a permit de choisir cette interface.
    pouvez me dire si vous avez testé en comparatif les 2 sorties coax 75 ohm et AES/EBY ?
    avec quels cables ?
    Eric

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour

    J'ai eu l'opportunité d'utiliser l'entrée AES également, la résolution était d'ailleurs un poil supérieure.

    Les câbleries Esprit, O2A ont été utilisées pour l'occasion.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, j'ai acheter un DAC Atoll DAC200 dernièrement ! Or je n'ai que des soucis avec la liaison usb 2 ! J'ai des bruits de craquements style vinyle en permanence même en testant simplement les sons dans les péripheriques de lectures de windows !
    Je suis sous windows 7 starter ! Je pense que mes soucis sont dû à cela...,?
    Bref, je souhaite du coup utiliser une interface usb vers s/pdif pour ne plus à avoir à me servir de l'usb vers mon dac !
    Or je m'appercoit que stello utilise le même driver que l'atoll : de chez Thesycon !
    Ne risque t'il pas d'y avoir un conflit à l'installation de celui ci ???
    Le fait que mon pc (sous windows 7 starter) est des soucis , est-ce que je ne risque pas de les rencontrer aussi avec ce stello utilisant des drivers de la même société ?
    Merci pour votre réponse !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    Je pense que le soucis ne vient pas du convertisseur mais soit de votre câble USB, soit de votre ordinateur qui doit avoir un système mal configuré. Regardez notamment l'anti-virus qu'il faut impérativement désactiver en scann temps réel pendant la lecture.

    cordialement

    RépondreSupprimer